Politiques urbaines et développement territorial

Depuis une vingtaine d’années, les politiques publiques ont connu de profondes transformations : démultiplication des acteurs (publics ou privés) qui les portent, diversification et enchevêtrement des échelles (du local au global) comme des temporalités, complexification des outils, des instruments et des modalités d’action, croissance des interdépendances mais aussi des contraintes - qu’elles soient de nature environnementale ou financière. Ce changement de contexte nécessite un renouveau des recherches en sciences sociales.

 

Ainsi, l’objectif de l’équipe Politiques urbaines et développement territorial est de s’interroger sur le cadre de production des politiques publiques, sur leurs objectifs, sur les conditions et les outils de leur mise en œuvre, mais aussi sur leurs effets, en mobilisant une grille de lecture en termes de contradictions et de complémentarités.

 

L’équipe dispose d’une diversité de compétences relevant de différents champs disciplinaires : l’aménagement et l’urbanisme, la géographie, mais aussi les approches juridiques, politiques,  socio-économiques ou encore la gestion. Cette pluridisciplinarité lui permet d’investir une large palette de politiques : aménagement, attractivité, cohésion sociale, développement économique, environnement, fiscalité, foncier, gestion des risques, immobilier, innovation, logement, marketing, mobilité, tourisme, transport, etc.

 

Les terrains sont également divers, des villes moyennes aux grandes métropoles, au premier rang desquelles Paris, en France comme à l’international (les pays émergents et notamment la Chine, les pays du Nord et du Sud du bassin méditerranéen, l’Amérique du Nord, etc.).

 

Cette diversité est consubstantielle de la démarche de recherche de l’équipe. En appréhendant la complexité du réel à partir de regards multiples, l’approche pluridisciplinaire permet la mise en lumière et la compréhension des conflits possibles en termes d’objectifs, d’instruments ou d’effets des différentes politiques publiques. En outre, elle permet d’opérer des comparaisons et des analyses croisées, afin de montrer notamment les liens entre les effets d’une politique et l’échelle dans laquelle elle s’inscrit - ou entre ces effets et l’appropriation que les acteurs font de cette politique.

 

L’équipe travaille dans un premier temps sur le Grand Paris. C’est en effet un « laboratoire en grandeur nature » en raison de la concentration des politiques menées et de la diversité des acteurs présents sur ce territoire. C’est également un objet de « controverses » scientifiques et politiques autour de la question métropolitaine : quel équilibre entre recherche de la compétitivité et maintien de la cohésion sociale et territoriale ? Quelles politiques d'aménagement (faut-il densifier ou organiser l’étalement urbain) ? Quelles politiques de mobilité, entre grands projets d’infrastructures et régulation des pratiques de déplacements ? Quels dispositifs de gouvernance, entre modèle intégré imposé par l’Etat et initiatives locales ?  Le Grand Paris, c’est aussi fondamentalement un espace d'analyse des « contradictions » entre les objectifs et les effets des politiques publiques : améliorer les services de transport peut conduire à une croissance de l’étalement urbain ; accroître la compétitivité et de fait la concurrence peut contribuer à renforcer les inégalités sociales et territoriales ; valoriser d’un point de vue touristique peut produire des effets de relégation des populations en termes de logement et générer des phénomènes de congestion aux abords des sites, etc.

 

D’autres terrains sont investis, en particulier les villes petites et moyennes. Si elles sont profondément enracinées dans le récit territorial national, elles sont également traversées par des dynamiques complexes et contrastées. Depuis une vingtaine d’années, le mouvement de mondialisation-métropolisation a remis en cause leur modèle et leur échelle de polarisation, tout en fragilisant leur base résidentielle, productive, mais aussi leur base publique. Les politiques publiques tentent de prendre la mesure de ces nouveaux enjeux, mais sont confrontées à des choix stratégiques difficiles : entre spécialisation et maintien de fonctions généralistes, proximité et mise en réseau, excellence et équité territoriales. Dans ce contexte, la recherche doit, plus que jamais, apporter des regards renouvelés et des expertises diversifiées sur ces villes.

 

 

Responsables de l’équipe :  Julien Aldhuy , Aurélien Delpirou, Jean Claude Driant

Membres de l'équipe à titre principale
Julien Aldhuy    
Stéphane Baudement Jean-Claude Driant Corinne Larrue
Daniel Béhar Jocelyne Dubois Maury Mingye Li
Laure Cormier Sonia Guelton Françoise Navarre
Nicolas Cuervo Flora Guiller Guillaume Poiret
Marie Delaplace Gilles Hubert Njaka Ranaivoarimanana
Aurélien Delpirou Pascal Jardin Christian Tutin
Jean François Doulet Anthony Jobé Philippe Thiard
Membres de l'équipe à titre secondaire
Lise Fournier

Accès Membres :

Les acteurs du Lab'URBA